23 décembre 2005

Raffarinades

Nous avons déjà eu l'occasion de relever dans ce blog certaines déclarations politiques. La plupart étaient des phrases-choc, à la virulence inattendue, et leur impact était fort, chez tous les récepteurs du discours. Essayons maintenant d'y comparer certaines formules plus classiques, moins surprenantes et plus proches du politiquement correct.raffarin

Prenons comme exemple notre ancien premier ministre, fort de nombreuses formules auxquelles il a même donné son nom : les fameuses raffarinades:
"Mon oui est plus qu'un non au non"
"La route est droite, mais que la pente est forte"
"Je n'aime pas beaucoup ne pas être dans le logiciel central de moi-même"
"L'avenir est une suite de quotidiens"
Et le génial "Win the yes needs the no to win against the no"

On peut constater que l'impact de ces mots est quasi nul, pour la bonne raison qu'on ne comprend pas grand chose. La formulation parait recherchée mais le sens a du mal à émerger. Raffarin était pourtant parait-il un grand homme de communication, mais savoir mettre les formes n'est pas toujours suffisant. A force de jeu de sonorités, de métaphores et de calembours, le corps du discours se perd. La langue de bois a fait son temps, le citoyen attend maintenant des idées, des concepts concrets et de la sincérité. Tout discours flou ou trop abstrait peut être perçu comme démagogique ou uniquement rhétorique et il ne convainc pas, même si c'est joli...


Quelques raffarinades illustrées :

raffarin_d22raffarin_d11raffarin_the_yes_need_the_no1

Citations extraites du Nouvel Observateur numéro double n°2146/2147. article "bétisier 2005" + site (anglophone!)  www.cafeshop.com
Images extraites de recherche Google "raffarinade"

Posté par fannyjolis à 13:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Raffarinades

Nouveau commentaire